-                                


..
-
-


30 01 2017 - 10:38


 

..
.
1863 .
04 ѡ ..
ѡ () 60 ...
ɡ ..
..
" ": 400 402
.

. / .
04 septembre 1863.. Lassassinat dEl Haj Mimoun par les Mhaya
et les troubles qui suivirent
Par Louis VOINOT*

Depuis son emprisonnement, quil attribuait surtout aux dmarches dEl Haj Mimoun, El Ad ouald Boujema avait vou une haine froce ce personnage ainsi qu lAmel. El Haj Mimoun tait camp au dbut de septembre 1863 Sidi Soltane. Le vendredi 04 septembre, il se rendit Oujda pour faire quelques achats ; El Ad en ayant eu connaissance runit un goum dune soixantaine de cavaliers Mhaya et fit partir un espion, qui devait le prvenir du moment o El Haj Mimoun quitterait la ville. Ds le retour de son missaire, El Ad se cacha avec ses partisans dans le lit de loued Isly ; vers Koudiet Abderrahman. El Haj Mimoun ne resta Oujda quune partie de la journe du 04(1), dans laprs-midi il retourna Sidi Soltane accompagn seulement dun de ses parents, dun taleb et de quatre maons monts sur des mules ; il prit la piste dAn Sfa et atteignit loued Isly au coucher du soleil. Quand il eut travers loued, il aperut des cavaliers galopant sa rencontre et les prit pour des cavaliers des Beni Snassen voulant lui faire fte. Lorsquil saperut de son erreur, il chercha revenir en arrire mais il tait trop tard ; rejoint au gu il fut renvers dun coup de fusil. El Ad ouald Boujema mit pied terre, il se prcipita sur son ennemi et lui ouvrit la gorge, la poitrine et le ventre avec son couteau, puis ces atrocits nayant pas assouvi sa haine, il mordit la joue gauche de cadavre. Le parent dEl Haj Mimoun eut simplement le bras cass par une balle. Aprs avoir commis cet assassinat, les Mhaya semparrent des animaux et des effets et allrent piller les tentes dEl Haj Mimoun Sidi Soltane ; ils enlevrent tout et laissrent les femmes nues.
El Ad ouald Boujema se retira Sidi Moussa ; des Mhaya se mirent parcourir la plaine volant et tuant tous les gens quils rencontraient. Le lendemain du meurtre dEl Haj Mimoun, le marabout de Kerzaz, qui se trouvait Oujda, alla avec 8 cavaliers et 12 fantassins du makhzen relever le cadavre ; il le fit transporter dans la montagne o il lenterra. Les Beni Snassen se rendirent auprs du tombeau dEl Haj Mimoun, ils dcidrent que toute la tribu se mettrait en mesure de vivre sous la tente et poursuivrait outrance les Mhaya. La situation tait grave ; le vide se fit autour dOujda et lAmel ordonna aux habitants de se pourvoir darmes, en mme temps quil interdisait la vente de la poudre aux indignes de lextrieur. Les Mhaya essayrent dentrer en conversation avec le fonctionnaire chrifien lequel, craignant de tomber dans un pige, refusa de les couter. El Haj Mohammed ouald el Bachir prit la succession de son frre, il fit tous ses efforts pour maintenir les Beni Snassen groups sous son autorit et pour obtenir des adhsions son soff .
Aprs bien des ngociations, les contingents des Beni Snassen se mirent en marche dans le milieu de septembre ; ils firent rejoints Sidi Moussa sur lIsly par ceux des Kebdana, Oualad Settout, Ssej, Houara, Ahlaf, Beni Bouzeggou,, Beni Yala, Zkara et Angad. Quand tous les coaliss eurent opr leur jonction, ils se dirigrent sur Genfouda ; leurs forces comprenaient environ 10.000 fusils et 600 cheveaux. Devant cette formidable leve de boucliers, les Mhaya staient empresss de prendre la fuite vers le Sud. Les Marabouts dOuezzan et de Kerzaz cherchrent par tous les moyens empcher la lutte ; ils y russirent et la colonne des assaillants se dispersa le 22 septembre. Les Mhaya sengagrent simplement rendre ce quils avaient vol le jour de lassassinat du chef des Beni Snassen ; La rconciliation ne pouvait pas tre de longue dure(2).
Au lieu de se faire oublier, les Mhaya enlevrent en dcembre une grande quantit de bestiaux aux Houara, ils refusrent de les rendre, puis, craignant des reprsailles, leurs douars sinstallrent Tiouli, en arrire des montagnes des Beni Yala. Un goum comprenant une majorit de Houara et Beni Guil alla razzier leurs silos, au mois de janvier 1864, ils furent galement attaqus par les Ssej, avec lequels ils eurent plusieurs petits engagements. Sidi Cheikh ben Tayeb, sollicit par les Houara, vint menacer les Mhaya ; sur les instances de ces Oualad Sidi Cheikh, lAmel obtint que les Ssej rendraient leurs prises aux Mhaya, qui se dcidrent alors de donner satisfaction aux Houara.

_______________________
* Capitaine Louis Voinot, Oudjda et lamalat, Maroc. Oran, Imprimerie typographique et lithographique, L.Fouque, 1912.
(1) Graulle indique la date du 05 septembre, mais cela peut provenir dune erreur du copiste ; le registre de correspondance du cercle de Maghnia donne celle du vendredi 04 septembre, or ce jour et cette date concordent parfaitement entre eux.
(2) Cf., les dtails sur le bas de page d Oujda et lAmalat , page 402.




1727

: ..
ѡ ..
..


..
..
..


..
(1963-1967) . ..
..


..
ѡ ..
..


: ..
: () : ..
..


..
6 ..
..


..
42 ..
..




ڡ



 
 




© 2020 - ahfir.eu
ici.ahfir@gmail.com

: . ,